S’il y a un conte de Perrault qui pouvait inspirer Amélie Nothomb, c’est bien celui de cet homme abjecte mais complexe qui aimait jusqu’à la mort. En revisitant l’histoire de Barbe Bleue, Amélie Nothomb y ajoute de la couleur, de la poésie et Saturnine, une héroïne pétillante et sympathique. barbe bleue nothombSi ce 21ème roman n’est pas mon Nothomb number 1, il rassemble néanmoins tous les ingrédients qui font de ses oeuvres ce qu’elles sont : des personnages intelligents et énigmatiques qui nouent une relation singulière, peut-être même dangereuse… du bon Nothomb !

En cherchant une colocation à Paris, Saturnine répond à l’offre miraculeuse de Don Emelirio, un homme hypnotique qui attire les femmes et de chez qui personne ne les voit jamais ressortir. Mais Saturnine n’a que faire des ragots. Cet homme distingué aux manières un peu vieille France ne l’impressionne pas. Elle sait que quoi qu’il advienne, elle saura être plus maline que les huit autres femmes qui ont occupé cet appartement avant elle…

C’est toujours avec une légère excitation que j’attaque un livre d’Amélie Nothomb car je sais combien elle peut me secouer. Malheureusement, jamais je n’ai ressenti à nouveau le même émoi qu’à la lecture d’Anthéchrista ou Hygiène de l’assassin (son tout premier roman). Je reste néanmoins une fervente amatrice de cette auteure qui manie les émotions et les symboles comme personne !

Publicités